Témoignage de Cécile

Cécile vient de terminer le Parcours d’accompagnement Objectif Vie Professionnelle Sereine :⠀⠀

« Au début de l’accompagnement, mes objectifs étaient :⠀
• Voir autre chose qu’une page blanche⠀
• Mettre de l’ordre dans les mille idées qui me passaient par la tête⠀
• Trouver une piste d’activité rémunératrice qui pourrait être enfin épanouissante et conciliable avec mes souhaits de vie perso. Tout cela en plein burn out !!!⠀⠀

Ces objectifs ont été atteints à 95% même si j’ai toujours un peu d’appréhension de ne pas être à la hauteur du projet.⠀⠀

Concrètement, maintenant je me connais mieux. J’ai enfin identifié ou plutôt accepté que mes besoins et valeurs sont légitimes et que je peux les respecter et refuser de ne plus aller à leur encontre.⠀⠀

Note de l’accompagnement : 10/10 ⠀⠀

Tu as su faire ressortir en me recadrant (car je me disperse beaucoup) ce qui était caché, que je n’osais plus revendiquer pour moi, le respect de mes valeurs et surtout de mes besoins. Je ne me vois plus les ignorer, remettre un couvercle dessus.⠀
Il me semble maintenant fondé que mon activité pro comme ma vie perso les respectent au max.⠀

Les points forts de l’accompagnement sont :⠀
• Tout remettre à plat à zéro en commençant par QUI JE SUIS REELLEMENT et QU’EST-CE QUE JE VEUX dans ma vie, ce qui est VITAL pour moi.⠀
• Creuser même si c’est douloureux. Voir les fenêtres closes sur lesquelles on s’est acharné à taper douloureusement à en crever ou quasi pour voir l’autre fenêtre ouverte et le bonheur qui se trouve derrière mais qu’on n’avait jamais osé franchir. […]⠀⠀

En résumé :⠀
• Sincérité⠀
• Bienveillance⠀
• Cadre⠀⠀

Mille mercis Aude pour ton écoute, tes recadrages, tes coups de boost, les conseils, ta bienveillance, ta sincérité, ton honnêteté lors de nos échanges.
Pas facile de faire ce coaching en plein burn out avec 3 enfants en IEF, mais grâce à ta persévérance, j’y suis arrivée.
Tu m’as même aidé à passer des caps nécessaires à mon épanouissement personnel et plus seulement professionnel et je t’en serai éternellement reconnaissante. »

Ne pas gérer ce qu’on perçoit des autres

Il y a des choses qu’on sait et qu’on oublie.

Nous savons que les ressentis que nous recevons des autres, leur appartiennent.

Mais nous avons tendance à nous identifier à ces sentiments et ressentis, leur ajoutons nos propres histoires et cherchons à y remédier. Ça devient alors nos sentiments et ressentis… Et c’est là que c’est alors un problème.

▶️ S’observer, faire le calme en soi, renvoyer l’expéditeur (identifié ou non) ce qui ne nous appartient pas.

Témoignage

Sara : « Je voulais partager avec vous mon expérience d’accompagnement avec Aude Saliner !
Je suis allée la voir l’été dernier, après un voyage au long cours raccourci pour la-pandémie-dont-on-ne-veut-plus-prononcer-le-nom…
J’avais espéré que ce voyage m’apporterait la lumière, l’épiphanie, de ma vocation, mais après 10 ans dans une grosse boite, et 1 an d’expérience désastreuse dans une petite, j’étais toujours au point mort avec toujours 150.000 idées et surtout, je pensais davantage aux 149.999 auxquelles je renoncerais si j’en choisissais une.

Je suis arrivée au cabinet d’Aude en disant « bon ce que je voudrais, c’est pouvoir dire tout ce que je sais / aime faire et que vous me disiez ce qui va m’épanouir, pour de bon ». Mieux encore, il faudrait une intelligence artificielle pour décider de tout ça. Parce qu’y réfléchir ça m’épuise.
Ca m’a déjà fait réaliser que j’avais délégué toutes les grandes décisions de ma vie pro comme ça, depuis le lycée… Des personnes plus avisées me donnaient leur avis, et c’était bien plus simple que d’écouter mes envies.
Sauf qu’à 35 ans ça vous revient comme un boomerang …

Heureusement, ce n’est pas comme ça que ça se passe avec Aude…
Cela a été long, éprouvant, cela a représenté beaucoup de travail, beaucoup d’argumentations, entre Aude, moi, et mon auto-saboteur qui ne voulait pas perdre sa place si facilement.

Et puis au fur et à mesure de l’accompagnement, j’ai osé avoir des idées, des envies, que je n’allais pas dézinguer au bout de 5 minutes.
J’ai réalisé que j’avais le droit de pas avoir envie de tout plaquer, appart, confort pour aller élever des chèvres parce que j’aurais réalisé que tout est futile, qu’il était aussi possible de ne pas être en CDI ou faire un métier chiant pour gagner correctement sa vie, et surtout que j’avais le droit d’avoir envie de faire plusieurs choses à la fois et que c’était même totalement possible !

Du coup je n’ai pas trouvé ma voie à proprement parler, j’ai décidé de suivre plusieurs sentiers à la fois. On ne va pas se mentir ce n’est pas toujours facile, je m’éparpille beaucoup, j’aimerais que les journées comptent double.

Mais quand je regarde le chemin parcouru, je n’aurais jamais été capable de ça il y a un an…
Personnellement, j’ai décidé d’envisager ma vie professionnelle par blocs… Je n’aurais pas pu choisir un seul bloc (trop d’incertitude, de chamboulement, et de monotonie) alors que plusieurs ensemble ça devient envisageable. Ca me plaît davantage (moins de renoncement!) , et c’est financièrement plus « simple »….

Et puis je me dis, si tout à coup il y a un bloc qui m’ennuie, je n’aurai qu’à le remplacer, plutôt que de tout rechanger…
Alors il y a toujours ceux qui demandent « Mais est-ce que ton coaching t’a aidé ? ». Il ne m’a pas donné les réponses « clé en main », mais m’a clairement aidé à les créer. C’est encore mieux, elles viennent de moi.

Toute cette phase d’introspection a clairement secoué beaucoup de choses, créant des collisions, des rencontres, des idées à l’intérieur de moi…

Ce n’est pas de la magie, ça ne résout pas tout, mais moi qui croyais être un cas désespéré, pleine d’envies mais bien trop frileuse et dans le contrôle, me voilà à ne pas savoir si je vivrai de ce que je fais dans un an… Et ne pas m’empêcher d’essayer !
Et je crois que c’est exactement ça qu’il fallait que j’apprenne à faire. Lâcher prise, donner une chance, voir ce qui est possible de réussir plutôt que de ce qui est certain d’échouer….

Je n’ai toujours pas trouvé une nouvelle manière de définir ce que je fais…. Me voilà donc « consultante / mentor / photographe / scénariste / et aussi un autre truc pas bien défini mais faut que je m’y penche »
Et ça me va très bien pour le moment 🙂
Alors merci beaucoup Aude
😊« 

Ta responsabilité

Ce soir, en coaching, avec ma cliente, nous avons beaucoup parlé de ce qui fait qu’on reste dans une situation professionnelle insatisfaite ou carrément souffrante, voire autodestructrice.

On a évoqué les bénéfices secondaires à rester dans cette situation, les croyances auxquelles on adhère, les fidélités familiales inconscientes, les ‘jeux’ qu’on joue souvent inconsciemment aussi.

Tout cela est puissant pour nous faire rester là où on est. Et pourtant, nous avons toujours le choix. Toujours. Seconde après seconde. En reprenant notre responsabilité de faire autrement.

Et toi, qu’est-ce que tu mets en place maintenant, de différent, et qui va te permettre de te rapprocher de la vie que tu souhaites vivre ?

S’ouvrir à la paix

Les faits sont notre réalité extérieure.
La manière dont nous les vivons nous appartient pleinement.

Partage-nous 👇🏻 ce que tu fais pour trouver en toi la paix, de l’espace et/ou t’ouvrir au champ des possibles.

🧡

Affiner ses perceptions

Ces derniers temps, je me rends compte que mes perceptions s’affinent.

Depuis des années maintenant, je capte bien l’énergie des mots, ce qui me permet de sentir quand une personne est sincère ou non, si elle se raconte des histoires, peut-être même à elle-même, par ignorance de ses propres mécanismes par exemple.

Maintenant, en accueillant toujours plus mon hypersensibilité, je ressens par empathie ce qui n’est pas dit.
Et des mots poppent sur mon écran mental, qui sont de l’information pour l’autre, parfois des choses qu’il sait mais n’accueille pas pleinement. Parfois des choses qu’il ne sait pas et qui peuvent l’aider à avancer.

Des perceptions qui te donnent plus de lumière.

Et toi, accueilles-tu tout ce que tu captes ?

Tout ce que tu captes

Je te dirais même qu’on a la possibilité de tout capter.

Cette capacité-là a des conséquences sur nos pensées, nos croyances :

Est-ce que ce que tu crois (sur ton travail, ton corps, l’argent, les relations, la réussite…) t’appartient ?

Est-ce que ça appartient à quelqu’un d’autre ? Et tu l’aurais capté.

Est-ce que tu peux mentalement lui renvoyer cette croyance ?

Au plaisir d’échanger avec toi sur ces sujets

🧡

Tes potentiels sont uniques

Quand on se pose cette question ☝🏻 et je me la suis posée pendant des années, on arrive parfois à être vraiment désespéré.e : mais qu’est-ce que je suis venue faire ici ?

Dans cette quête pour trouver ce travail qui nous plaira profondément, qui sera aligné avec qui on est, qui nous donnera envie de nous lever, on essaiera souvent de trouver une réponse extérieure : simple, avec laquelle on ne se poserait plus de questions.

Alors on fera des tests peut-être, on cherchera dans son thème astrologique ou de Human Design.

Tout cela est correct.

Mais as-tu déjà entendu quelqu’un dire : je suis pharmacien.ne car c’était écrit dans le test ‘ABC’ ?

Non car tu es plus nuancé.e que ça.
Car tu es plus qu’un test ou un thème aussi détaillé soit-il.
Et car tu es en mouvement : la vie en toi est perpétuel changement.

C’est pour cela que quand j’accompagne une personne, je ne lui fais pas passer de tests.
Je l’accueille dans sa singularité de manière holistique.
Et nous allons à la rencontre de ses potentiels intérieurs uniques.

Qu’est-ce qui a envie de se produire à travers moi ?

Cela revient à se poser la question d ‘«être dans le flow». C’est la question qui m’a ouvert la porte pour trouver un nouveau cheminement professionnel, mais je ne pouvais pas y répondre tant que je n’avais pas fait la paix en moi et réalisé ce qui était vraiment important pour moi. ⠀

Le fait de relâcher la pédale d’accélérateur m’a permis de prendre un peu de recul. Je suis devenue plus centrée et concentrée sur les idées qui m’attiraient… Des idées tellement excitantes que je n’ai pas lutté pour les concrétiser.⠀⠀

Cette question du flow intimide certains de mes clients de coaching car ils pensent que je leur dis de passer de 100 km/h à zéro – une pensée particulièrement angoissante pour les hauts potentiels ou les multipotentiels.⠀⠀

Ce que je leur dis vraiment, ce n’est pas de ralentir, mais de «suivre le flow» au lieu de faire tout le temps des efforts et d’essayer de faire bouger les choses encore et encore.⠀⠀

Suivre le flow n’est pas un nom de code pour «abandonner». Au contraire, suivre le flow consiste à trouver un lien plus profond et plus significatif avec ce que nous faisons. Les scientifiques décrivent le «flow» comme une «perte de conscience de soi qui se produit lorsque vous êtes complètement absorbé par une activité – intellectuelle, professionnelle ou physique».⠀⠀

Pour moi, cela signifiait aborder mon travail sans me comparer constamment aux autres autour de moi, sans essayer de plaire à telle personne et calculer le temps qu’il me faudrait pour passer d’un poste à un autre afin de faire un bon cheminement professionnel. Cela signifiait être ouverte à des possibilités alternatives et les poursuivre sans crainte ni jugement. ⠀⠀

Pour la première fois depuis longtemps, j’ai été heureuse malgré toutes les inconnues. Ce qui a du sens car être dans le flow ne se produit que lorsque l’activité est perçue comme volontaire et agréable.

Est-ce que quelque chose d’autre est possible ?

Pendant longtemps, mes réalisations professionnelles sont venues du fait que j’étais tenace : je persévérais et persévérais encore… Et de grandes choses se produisaient. J’étais pleinement concentrée sur les étapes que je devais réaliser pour atteindre telle ou telle chose de ma to-do list qui allait me rapprocher de mon objectif. ⠀⠀

Ce besoin impérieux de contrôle a étouffé ma capacité à être créative, connectée à mes ressentis et ouverte à de nouvelles possibilités. Une fois que j’ai réalisé à quel point je me limitais, j’ai commencé à essayer de prendre du recul : qu’est-ce que je voulais vraiment ? ⠀

Dans mon cas, je savais que je voulais faire une activité qui ait profondément du sens, je savais que je voulais faire une différence à grande échelle, je savais que je voulais gagner un revenu stable qui me permettrait de vivre une vie confortable, je savais que je voulais voyager et aussi vivre dans différentes régions du monde. ⠀

Après avoir exploré mes objectifs et évalué les éléments qui étaient vraiment importants pour moi, j’ai pu voir au-delà de mon projet initial de carrière rigide et me rendre compte qu’il y avait d’autres façons de vivre la vie dont je rêvais.