Créer un environnement sûr pour exprimer qui tu es pleinement

[Suite de mes posts sur comment te reconnecter à ton enthousiasme et à tes désirs]

Aujourd’hui, je vais te partager des exercices pour faire de ton environnement un endroit sûr pour exprimer ton enthousiasme.

Tes modes de défense t’ont protégé.e quand tu étais enfant, comme les freins d’une voiture en cas de danger.
Sauf que maintenant, ils s’activent sans la présence d’un danger. Ta voiture n’avance donc plus.

⛅ Sois d’accord avec ton interlocuteur qui te critique : tu verras qu’il sera désemparé et se mettra à t’encourager. Essaie 😉

⛅ Écris pour remercier et louer tes mécanismes de défense : un poème, une chanson, un slam, un sketch…
Tu peux aussi écrire et louer sur ce que l’on te reproche : aller trop vite, être timide, instable, tout décortiquer, être dépensier.e… Ex. : une personne dépensière est généreuse, détendue, facile à vivre… Essaie 😉

⛅ Cesse de donner à tes parents ou aux personnes qui ont impacté ton enfance, un pouvoir excessif, en prenant conscience de leurs capacités réelles.

⛅ Écris l’histoire de ta vie, en quelques pages, comme si tu étais la personne qui t’a critiqué ou rendu la vie difficile : adopte son point de vue et explique pourquoi « tu » as agi ainsi.
Pas facile, mais révélateur et libérateur.

Ces changements de perspectives faits dans ces exercices, permettent de voir tes « défauts » ou tes « blocages » d’une autre manière, de les utiliser (ex. : la rêverie permet d’être créatif/ve) et de commencer à t’aimer tel.le que tu es.

Demain, je te parle de ton enthousiasme et de bonheur… ☀️

Enthousiasme et désir enlisés

[Suite de mon post d’hier sur l’absence de désirs et d’enthousiasme]⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Nous sommes nés pour désirer.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Nous ne sommes pas nés indifférents.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Alors que s’est-il passé depuis ?⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Tu as caché ton enthousiasme et ton désir de t’investir dans des projets pour les protéger.
C’est un mécanisme qui se met en place progressivement durant l’enfance.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Cette protection se met en place, par exemple :⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
– face aux reproches répétés d’un parent, y compris sous couvert de vouloir notre bien,
– quand on est témoin de reproches répétés d’un parent à un frère/soeur aîné.e,
– quand un parent interrompait nos jeux de manière répétée,⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
– face aux promesses non tenues d’un parent de manière répétée.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Sans blâmer des parents qui ont fait du mieux qu’ils pouvaient, l’impact des situations ci-dessus est amplifié en cas d’hypersensibilité ou de haut potentiel.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Adulte, si tu ne t’intéresses à rien profondément, c’est que tu continues inconsciemment à protéger ton enthousiasme et ton désir.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Comprendre ce qui s’est passé est la 1re étape pour te reconnecter à toi-même et faire renaître tes intérêts et tes désirs.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Ils existent bel et bien et sont enfouis… comme des trésors.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Demain, je te parlerai de comment faire de ton environnement, un endroit sûr où tu pourras exprimer tes centres d’intérêt et tes désirs

Moi, rien ne m’intéresse vraiment

Parmi les personnes que j’accompagne, il y a d’un côté celles qui sont passionnées par plein de choses variées (souvent des personnes multipotentielles) et de l’autre, celles qui me disent ne pas avoir de passion.

J’ai cette semaine envie de m’intéresser à ces dernières. J’en retrouve souvent chez les personnes hypersensibles et/ou hauts potentiels.

Les personnes qui me disent en début d’accompagnement que rien ne les passionne, peuvent employer des expressions comme :
🌧️ Ça ne sert à rien que je me lance là-dedans, car je me lasse toujours rapidement.
🌧️ Ça se passe toujours comme ça avec mes supérieurs. J’aurais dû m’en douter.
🌧️ Tout le monde pense que je devrais déjà être content.e de ce que j’ai.
Beaucoup de phrases avec toujours, jamais, rien, tout… et des phrases auto-accusatoires.

C’est le langage de la négativité chronique.
Elle a le pouvoir de TOUT assombrir. Y compris ce que tu pourrais sincèrement aimer.

Si tu te reconnais dans ces expressions – sois honnête avec toi-même -, voici 3 conseils si tu souhaites que ça change et pouvoir te connecter à ce que tu aimes :

⛅ Recherche s’il y a une cause à ta négativité chronique : deuil, traumatisme, cause physique (ex. : carence)… Cherche, documente-toi, parles-en aux personnes susceptibles de t’aider (médecins, psys…)

⛅ Fais de l’exercice. Ce que tu veux. Teste si tu ne sais pas ce que tu aimes ou as perdu l’habitude.

⛅ Choisis un objectif impliquant d’autres personnes.
Ne cherche pas un objectif que tu aimes, car c’est justement ce qui est compliqué. Mais un objectif qui t’importe peu : redécore une pièce, apprends le tennis / le piano… Et implique au moins une autre personne.

La négativité chronique menant à la passivité, le but de ces exercices est que tu bouges.

Demain, on parlera des raisons qui font que ta capacité à désirer faire des choses, a pris du plomb dans les ailes.

Es-tu prêt.e à perdre les avantages associés à ton état actuel ?

⚠️ Certaines personnes disent vouloir changer – et certaines le croient authentiquement -, mais ne sont pas prêtes à perdre les bénéfices associés à leur état actuel.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
👉🏻 Identifier ces bénéfices est donc une étape indispensable au processus de changement.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Sur cette question, je te partage aujourd’hui un article de Psychologies Magazine pertinent et synthétique :⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

« Pourquoi trouve t-on tellement d’avantages à l’échec ? Ou, pour le formuler autrement, qu’avons-nous à gagner à échouer (que ce soit dans un cadre professionnel (ne pas arriver à s’élever hiérarchiquement), ou par rapport à son image (je pourrais être plus beau (belle), mais je ne fais rien pour) et bien d’autres domaines encore ? Claudie, 46 ans

Nous pouvons avoir tout à gagner à échouer ! Cela renvoie notamment à la notion de “bénéfices secondaires”. Un bénéfice secondaire, c’est tirer un bénéfice (conscient ou non) d’une situation a priori défavorable, mais dont l’arrêt signifierait la perte du bénéfice en question. Un 1er exemple : je m’ennuie dans ma vie conjugale… Mais je jouis d’un réel confort matériel grâce à mon conjoint. Ceci est un bénéfice secondaire que je tiens à conserver, même si c’est au prix d’une vie affective sans relief…

Un autre exemple : être tout le temps en échec (et donc s’en plaindre à qui veut l’entendre) donne un certain statut : celui de victime… Et la victime s’arrangera toujours pour trouver un public bienveillant pour l’écouter et leur témoigner son soutien et son affection : voilà un autre bénéfice secondaire – fédérer autrui autour de soi et de son malheur…

Néanmoins, votre question renvoie essentiellement à la non-prise de risque, dont le fondement est lui-même la peur. Il y a derrière cela l’idée de se préserver, en ne prenant pas le risque de s’exposer à des situations où on craint de ne pas être à la hauteur. Ainsi, en n’osant rien, rien ne se passe : on est rassuré […] »⠀⠀⠀⠀⠀

La suite de l’article : https://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Reponses-d-expert/Pourquoi-trouve-t-on-tellement-d-avantages-a-l-echec?fbclid=IwAR0Rt8swt2VWX59RKrfSR5Q0f3Qlc17HIIeYaavhxeO6rCAOwbxULCPC_Sw

Dégomme tes doutes en 3 étapes

Exercice pour dégommer tes doutes, suite à mon post d’hier sur la raison qui fait que tu n’as d’intérêt à incarner pleinement qui tu es.

Comme je te le disais hier, ton vécu, tes compétences, tes désirs, tes connaissances, tes valeurs et tes qualités font de toi une personne unique dont le monde a besoin.

Et je te propose de dégommer tes doutes à incarner pleinement qui tu es :

1. Fais une liste de 3 personnes que tu admires et qui font ce que tu rêverais de faire.

2. Trouve tout ce que tu peux sur ces personnes et leurs projets, comment elles l’ont monté, leurs compétences, les obstacles qu’elles ont rencontrés, le temps que ça leur a pris…

3. Envoie-leur un mail pour leur dire ce que tu penses de leur travail, que tu aimerais te lancer dans le même domaine et demander si elles seraient disposées à passer un peu de temps en visio ou par téléphone, pour répondre à quelques questions. Personnalise ton mail avec ce que tu as appris et pose des questions qui te sont vraiment utiles :
à quoi ont ressemblé leurs 1res années,
quels conseils donneraient-elles à quelqu’un qui veut se lancer,
quand ont-elles su que ça pouvait marcher,
quels sont les choses auxquelles elles ne s’attendaient pas en se lançant dans l’aventure.

Tu ne reçois pas de réponse ?
Pas de panique !
Choisis 3 autres personnes et recommence.
Tu recevras des réponses, car la plupart des gens adorent parler d’eux et donner des conseils. Profites-en !

La vraie raison pour laquelle tu n’as aucun intérêt à être toi

Sincèrement, il est beaucoup plus facile de ne pas exprimer notre singularité que d’oser pour voir ce que ça donnerait.
Vivre une vie conforme à ce que la société attend de nous est la solution de facilité.

Mais est-ce que ça nous rend heureux ?… [Question inutile, n’est-ce pas ?]

Si tu suis mes publications, c’est que tu cherches autre chose et que tu es prêt.e à vivre ce qui t’enthousiasme et fait ta singularité, ta substantifique moëlle.

Sur ce chemin, le 1er dragon à terrasser va être le doute.
Pourquoi est-ce que je cherche midi à 14h et ne me contente pas d’un boulot comme tout le monde ?
À quoi ça sert que je me lance comme [indique l’activité de tes rêves], il y a déjà tellement de monde qui le fait bien mieux que moi ?

Et comme si tes doutes ne suffisaient pas, ta famille, tes collègues et tes ami.e.s sauront aisément en rajouter quelques couches, dans la plupart des cas.

D’abord, sache que c’est une excellente nouvelle que d’autres personnes fassent ce que tu as envie de faire : ça veut dire qu’il y a un public pour ce que tu veux proposer.

Inspire-toi de ces personnes : elles ont défriché le terrain pour toi.
Elles auraient toutes pu également s’arrêter en chemin. Il y a 1000 raisons pour ça. Mais elles ont persévéré vers une vie pleine de kiff et de sens.
Et c’est ce que tu vas faire aussi.

✨ Ton vécu, tes compétences, tes désirs, tes connaissances, tes valeurs et tes qualités font de toi une personne unique dont le monde a besoin ✨

Demain, je te propose un exercice pour dégommer ton doute en 3 étapes.

Les 5 questions à te poser impérativement pour avancer

Si tu es bloqué.e sur ton chemin,
si tu ne sais plus quoi faire ou à quoi te raccrocher
ou que tu nages dans un brouillard intérieur,
ces questions sont plus particulièrement pour toi.
Tu es prêt.e ?

La 1re est :

Qui je veux être ?

Pas ‘qu’est-ce que je veux faire ou avoir ?’

Quelles sont les parts de moi que j’ai envie d’exprimer ?
Auxquelles j’ai envie de laisser de la place ?

Par exemple, ‘qu’est-ce qui me rend joyeux/se ?’ si tu as envie d’être joyeux/se. Ou déterminé.e. Ou puissant.e. Etc.

Choisis ce que tu veux être, sans te préoccuper de comment les choses vont se mettre en place pour que tu puisses être ça.

Que veux-tu ressentir ?
Tu veux faire l’expérience de quoi chaque jour ?

Quand tu es au clair avec ça (et ce ‘ça’ n’est pas immuable, il évolue avec le temps), formule-le toi clairement, avec détermination.

Et ce que tu veux être, ne dépend pas des éléments extérieurs (même en cette période chaotique, oui) : tu peux être joyeux/se, confiné.e ou dans ton boulot qui t’ennuie.

Cela implique peut-être de baisser le volume de ton mental et de poser un regard différent sur ta réalité.

Qu’est-ce que je veux que je n’ai pas déjà ?

C’est la 2e question de notre série de questions à se poser pour avancer.

Elle signifie : quand tu te dis ‘j’aimerai ceci ou cela’, vérifie que tu ne l’as pas déjà.

Ex. : ‘je veux être riche’.
Regarde la richesse qu’il y a déjà dans ta vie.
Qu’est-ce que ça veut dire pour toi ‘être riche’ ?
Riche émotionnellement, relationnellement, professionnellement, financièrement…?
Qu’est-ce que toi, tu mets dedans ?

Dans ce que tu crois désirer, regarde à quel point ce que tu désires, existe déjà dans ta réalité actuelle.

Si tu reconnais que c’est déjà là, tu en feras davantage l’expérience.


Ex. : ‘je veux un métier qui m’épanouisse’.
Regarde en 1er ce qui t’épanouit déjà dans ta vie et le métier viendra ensuite.

Ça peut te paraître bête ou bateau. Mais c’est tout sauf ça.
Cette 2e question est capitale.
Essaie. Même si ce que tu veux est tout petit dans ta vie aujourd’hui, c’est déjà là.

Tu sens que de dire ‘je veux avoir plus de joie dans ma vie, car il n’y en a qu’un tout petit peu aujourd’hui’ est différent de dire ‘je veux avoir une vie plus joyeuse, car là, c’est la cata’ ?

Quel est ton entourage et quels types de personnes tu veux fréquenter ?⠀⠀⠀

Il s’agit de la 3e des 5 questions à te poser pour avancer.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Les personnes autour de toi ont une influence sur toi, y compris les personnes que tu écoutes ou que tu lis.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Qu’est-ce qu’elles viennent alimenter chez toi ?⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Ton âme ou ton ego ?⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Le jugement, l’amour, etc. ?⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Tout ce qui t’entoure a une influence sur l’expérience que tu vis chaque jour. Cela inclut également les lieux où tu vis, la musique que tu écoutes…⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
C’est pour ça que c’est important de se demander si les personnes qu’on fréquente, nourrissent vraiment ce qu’on veut vivre, à tous les niveaux.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
De plus, l’extérieur étant le reflet de ce que tu vis à l’intérieur de toi, cette question te fera forcément cheminer.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Si tu veux vivre autre chose, il te faudra alors fréquenter d’autres personnes ou que ton entourage vienne alimenter d’autres parts de toi.
Et inversement, de manière systémique : si tu changes à l’intérieur de toi, ton entourage changera.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Est-ce que ça te parle ?

4e question pour avancer sur ton chemin :

Regarde où tu es physiquement : ton lieu de vie, ta ville, ton pays… Est-ce que ça te convient ?

Le lieu où tu es, influence qui tu es.

S’il ne te convient pas et que tu envisages un autre lieu, je te renvoie à la 1re question : déménager pour être quoi, vivre quoi ?

Ex. : je vis en ville et veux déménager à la campagne pour être au contact de la nature et être au calme.
Ce contact avec la nature et ce calme vont te permettre d’être quoi ?
Par ex. : ça pourrait te permettre d’être plus serein.e.
Alors, commence dès aujourd’hui à ressentir un peu de sérénité. Et cela t’ouvrira des opportunités pour vivre plus sereinement.

Ce n’est pas le lieu qui crée la sérénité. Il ne fait qu’amplifier la sérénité qu’on porte déjà, car tu seras apte à la recevoir.

Et voici la dernière question pour te débloquer et avancer sur ton chemin :

Qu’es-tu vraiment prêt.e à recevoir ?

Il arrive souvent que dans nos vies, nous ayons envie d’autres choses. Si tu lis mes articles, c’est sans doute ton cas.

Mais pourquoi veux-tu autre chose ?
Tu veux remplacer quoi par quoi ?

➡️ Demande-toi ce que ça va t’apporter et non le manque ou le vide que ça vient combler.

Ex. : pourquoi est-ce que je veux être amoureux/se ? Pour vivre l’amour ou pour ne pas être seul.e ?

Ces 5 questions te permettent vraiment de retrouver ton libre arbitre et ton pouvoir créateur, c’est-à-dire ton pouvoir de réaliser ce que tu souhaites.

Tout part de toi.

Et oui, ce cheminement demande d’aller voir à l’intérieur de toi, vraiment et sincèrement.
Et ça ne se fait pas avec la tête, mais avec tes émotions et tes envies.
Laisse-toi surprendre par tes découvertes.

Et prends le temps qu’il te sera nécessaire pour ce chemin.
Oui, même si tu aimerais que ça aille plus vite 😉
Changer ses perceptions et ses habitudes de penser, prend du temps.

Résumé autrement :
✳️ Qui est-ce que je veux être ?
✳️ Pour faire l’expérience de quoi ?
✳️ Avec qui ?
✳️ Où ?
✳️ Pour recevoir quoi ?

Ta capacité à transformer quelque chose en émotions

Hypersensible, cette citation devrait te parler ☝🏻

Oui, tu possèdes naturellement ce luxe, cette capacité à transformer quelque chose en émotions.

Arrives-tu à voir cela, à changer ton regard sur cette capacité ?

Et alors, que vas-tu transformer en émotions aujourd’hui ? 💎

Pour ma part, je transforme dans mes accompagnements, vos doutes, vos confusions, vos questions en joies ✨