Le droit de prendre soin de soi

En tant que coach hypersensible, apprendre à faire 2 choses a été essentiel : me prioriser et fixer des limites.⠀⠀

Au début, j’étais facilement fatiguée, stressée avant de voir des client.e.s et envahie par leurs états ensuite. Je pensais à eux presque tout le temps et préparais intensément nos RDV. Je m’étais persuadée que je devais être profondément connectée émotionnellement à mes client.e.s afin de favoriser le changement.⠀⠀

Lors des RDV, mon stress augmentait lorsque les émotions dans la pièce s’intensifiaient. Quand j’ai eu plus de client.e.s, je me suis habituée à vivre avec un niveau de stress constamment élevé. Et ma propre capacité à me réguler émotionnellement a commencé à diminuer. ⠀⠀

J’ai finalement compris que j’avais le droit et le besoin de me donner la priorité. J’ai réalisé à quel point les émotions de mes client.e.s m’influençaient, même si je pensais que tout allait bien. C’est en me reposant que j’ai réalisé à quel point j’étais impactée.⠀⠀

Et cela se répercutait dans d’autres domaines de ma vie, tout comme la solution. Certains hypersensibles vivent cela avec leur entourage, leurs collègues. Nous savons quand quelque chose ne va pas chez une personne – c’est comme notre 6e sens.⠀⠀

Cependant, ce n’est pas parce que quelqu’un a besoin d’aide que nous devons nier le droit de prendre soin de nous-mêmes. Pour moi, c’est
> prendre des congés⠀
> activer le mode «Ne pas déranger» quand c’est nécessaire ⠀
> et demander de l’aide quand j’en ai besoin.⠀⠀

Demander de l’aide peut être vraiment difficile pour les hypersensibles, car nous ne voulons pas accabler les autres. Mais nous ne pouvons pas aider efficacement les autres si nos propres bagages émotionnels sont trop lourds.⠀⠀

Vous avez le droit :⠀
> à une oreille attentive⠀
> à un moment de calme ⠀
> de faire votre activité personnelle préférée