Prendre ma place

Prendre ma place – Qu’entend-on par là ?

« Ma place » n’est pas un lieu, mais un épanouissement.
C’est un travail d’épanouissement personnel et non contre les autres.

Nous avons différents besoins tels que le besoin de reconnaissance, d’amour, de compter pour quelqu’un, d’avoir de la valeur à nos yeux, le besoin de se situer par rapport aux autres, de sécurité, etc.
De ce fait, nous adoptons des comportements orientés par l’acceptation ou le refus de soi et de l’autre. Nous nous comparons. Nous sommes tournés vers l’extérieur.
Prendre ma place permet d’adopter un positionnement centré sur moi-même, qui n’a rien à voir avec l’égocentrisme ou le nombrilisme.

Prendre ma place permet de me (re)connaître, d’identifier mes besoins, mes aspirations, mes potentiels et mes difficultés. Tout ce qui constitue mes fondations et mes limites.

Lorsque je me positionne clairement, cela pousse instinctivement l’autre à faire de même. Chacun reste libre de se positionner ou non.

Quand je suis centré, je prends ma place, je vais chercher en moi ce que j’ai à offrir au monde, de manière cohérente, dans le respect de moi-même et de mon environnement.

Et j’apprends à dire non, au bon moment, à la bonne personne. Cela passera peut-être par des désaccords, qui peuvent faire peur car nous pouvons les assimiler aux disputes et à la violence.

J’accepte le fait que je ne peux pas transformer l’autre, mais que je peux changer ma façon d’être avec lui. Notre désaccord éventuel n’est pas désamour mais clarification de positions, ce qui permet de se montrer du respect.
L’important est de toujours être clair, “juste” avec soi-même afin de pouvoir être pareillement clair et “juste” avec les autres.

Je prends ma place, je lui laisse la sienne.

Ma place ne se définit par rapport à quelqu’un ou au monde extérieur.
Ma place, c’est être moi totalement.