Comment exerces-tu ton pouvoir sur ta vie ?

Il y a quelques semaines, j’ai réalisé que j’étais en hypervigilance H24.

Cette prise de conscience s’est ajoutée à une phrase qu’un chamane m’a dite en février : que j’avais besoin de sécurité pour aller chercher une détente profonde. Il m’avait alors proposé de travailler avec les plantes sacrées, l’hiver prochain au Pérou.

La conscience de mon hypervigilance m’a convaincue d’aller faire ce travail au Pérou, car je savais ce que j’irai y chercher.

Ce que j’ai vu aujourd’hui est que je crois ce chamane. Je crois à ses plantes sacrées comme à une magie.
Je remets donc mon pouvoir à ce chamane et ses plantes. J’attends qu’ils résolvent mon problème. Que la magie des plantes opèrent en moi. En cela, ils prennent le pouvoir sur moi.

Est-ce que tu vois ce que je veux dire ?

C’est là que ce n’est plus juste pour moi. Et je ne prétends pas détenir la vérité. C’est ce que je pense aujourd’hui.

Et que ce soit clair : je ne dis pas non plus de rejeter les outils et les personnes inspirantes, mais de les mettre à leur place, pour pouvoir prendre sa place (mon dada), en (re)prenant son pouvoir et sa responsabilité.

Je comprends bien la tentation qu’on peut avoir de suivre un mode d’emploi (ex. : les Béliers agissent comme ça) ou un guide (ex. : je mange des framboises 3 fois / jour comme le dernier gourou santé le préconise sur YouTube). Mais c’est une fuite devant sa responsabilité et son pouvoir !

C’est la même chose en coaching. Il n’est pas OK d’attendre de son coach qu’il nous dise quoi faire comme un élève attend de son prof qu’il lui dise quel chapitre lire et quels exercices faire.

Il n’est pas non plus ajusté qu’un coach te dise quoi faire pas à pas. Un coach t’aide à trouver les ressources et lever les blocages qui sont en toi, pour aller vers ton objectif.

Notre magie est dans notre pouvoir et notre responsabilité, et non dans le fait de suivre des typologies, des recettes ou d’être passif.

Et toi, comment exerces-tu ton pouvoir sur ta vie ?