Comment faire pour prendre ma place

Souvent, nous cherchons à l’extérieur ce que nous possédons à l’intérieur sans le (re)connaître. Ce qui ressemble à un vrai défi dans un monde que nous ne maîtrisons pas.

Donc 1. me centrer sur moi-même et oublier toute notion de perfection, d’idéalisation et de jugement.

2. Faire des inventaires :⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
• nommer clairement “ce qui va” et “ce qui ne va pas” en soi et reconnaitre les situations et les sentiments ou angoisses qu’elles génèrent. Sans (me) juger !
• identifier et différencier mes sentiments et mes besoins pour poser des priorités sur mes besoins fondamentaux (besoin de reconnaissance, de sécurité, etc.) afin de m’engager dans ce sens.
• identifier mes qualités et mes potentiels afin de (re)connaitre mes ressources pour me développer et me transformer. Ce qui va en même temps me rassurer.

Ces inventaires me donnent la responsabilité de répondre à mes besoins, sans me juger, sans crainte des autres. C’est entre moi et moi. Je sais que je dois avancer avec tous ces éléments qui me constituent, sur ma propre route. Et je me fais confiance, car ce n’est pas le contrôle qui me permet de me sentir en sécurité, mais la confiance en moi.

J’accepte de ne pas être tout-puissant.e et de rencontrer des obstacles et des difficultés. Parfois je vais me tromper ou avoir des attitudes qui ne seront pas “justes”. J’ai le droit de ne pas être au maximum de ma forme tous les jours, de me sentir faible et perdu.e ou de douter.

L’humilité et la bienveillance permettent d’accueillir ces difficultés, d’accepter que tous mes efforts ne sont pas toujours récompensés (ou pas forcément à la hauteur de mes attentes). L’humilité me permet d’accepter de changer ma façon d’être et d’agir sans attendre que les autres changent.

Le changement fait peur. Même lorsqu’on ressent un besoin intense de changer. La peur entre en conflit avec la confiance et l’envie. Si nous restons dans une vision binaire, nous aurons tendance à relâcher l’effort : « j’ai peur donc je ne change pas. Je ne vais pas y arriver. »

La peur entre en conflit avec la confiance et l’envie. Si nous restons dans une vision binaire des choses, nous aurons tendance à relâcher l’effort : « j’ai peur donc je ne change pas, je ne vais pas y arriver ». Ou alors je nie mes peurs pour avancer à tout prix, sans tenir compte de mes capacités, des freins ou des circonstances. Lorsque je fais mes inventaires, je comprends que je peux envisager des situations qui sont complémentaires : « j’ai peur ET je veux changer ».

Vouloir changer en se comparant revient à se renier soi-même. Je suis unique, différent, donc je n’ai pas à me comparer. Tous sont différents.

Ainsi, j’accueille ma différence. Sans jugement, avec empathie. Je suis ainsi, je suis riche de ce que je suis et je le développe. Mes différences constituent une pièce de puzzle unique que j’apporte au monde. J’y apporte un sens particulier, une couleur, une vie.

Enfin, si le chemin paraît trop difficile seul.e, se faire accompagner par un professionnel peut être une bonne idée.