Prendre ma place – ce qui la façonne

Notre vécu façonne la place que nous occupons : les projections de nos parents sur nous, le couple qu’ils ont formé, son évolution, notre éducation, l’amour reçu ou non, la position dans la fratrie, les différents événements qui jalonnent notre vie (couple, divorce, maladie, deuil…), l’activité professionnelle, tout cela nous positionne, mais pas forcément à notre juste place. Nous adoptons des comportements conformément aux idées et valeurs inculquées ou acquises.

D’autre part, nous n’avons pas appris à dire ou à entendre NON. Puisque souvent nous pensons être aimés pour ce que nous faisons plutôt que ce que nous sommes, nous avons appris à dire OUI même si nous pensons NON. Cela évite de faire des vagues, de se faire remarquer ou de provoquer des conflits.

Nous avons aussi tendance lorsque nous entendons le besoin de l’autre à nous croire obligé de le satisfaire immédiatement, comme si nous étions responsables de ce besoin. La notion de devoir ou d’attention à l’autre peut constituer une véritable fuite de soi sous couvert d’un comportement familial ou social correct.

🐿️ Mais attention : si je prends soin de l’autre en me négligeant moi-même, j’entretiens la négligence et non pas le soin.

Le contrôle de soi est aussi un leurre dangereux : en se contrôlant, il serait possible de se libérer de ses émotions, de ses peurs ou de ses inhibitions, mais le pouvoir sur soi conduit à une négation de soi. Je contrôle, je réfrène et finalement je me coupe de mes émotions, donc de moi-même.

🐿️ Quand je veux contrôler, cela veut dire qu’une partie de moi ne me convient pas, que je ne l’aime pas et que je veux la remplacer par autre chose.

La connaissance de soi n’est pas compatible avec cette amputation de soi. L’affirmation de soi débute par l’accueil, la reconnaissance et l’amour de soi-même. Sur toutes ses facettes. Dans le respect de toutes ses composantes.