Se projeter… à long terme 2/5

C’est toi qui décides du résultat final. Oui, oui. Mais souvent quand on vit un refus ou un échec, on imagine que ça signe la fin de notre projet. Ou que c’est un signe de l’univers.

Mais on peut aussi le voir comme une donnée : la manière dont j’ai fait les choses cette fois n’a pas fonctionné. Je vais essayer autrement, car j’ai décidé que j’attendrai mon objectif.
Il s’agit de questionner cet échec et non d’en tirer des conclusions.

En fait, on n’est pas en échec, tant qu’on ne l’a pas accepté comme étant sa réalité.

Il n’y a pas de recette pour « réussir », ni dans les livres, ni chez les autres (« faites comme moi, ça marchera pour vous aussi »). C’est même dangereux, car il y a de nombreuses variables en jeu. Le parcours de chacun est unique.

Ce qui permet de surmonter les obstacles est la ténacité, l’état d’esprit et les valeurs. Et réaliser qu’il n’y a rien à « réussir », mais qu’il s’agit d’apprendre à se gérer dans les obstacles.

La question à te poser ici : comment te comportes-tu quand tu ne réussis pas ?

Et autre sujet : savoir quand abandonner ou persévérer ?

Il n’y a pas de recette ici non plus. Mais ces 2 questions pourront t’aider à y répondre :
– est-ce que ton projet te pousse ou est-ce toi qui le tire ?
– est-ce que c’est le résultat qui te stimule et te rend joyeux ? Et/ou est-ce le processus pour l’atteindre ?

Et pour t’aider à y voir plus clair, voici la grille du flow de M. Csikszentmihalyi :
– compétences faibles + peu de défi = apathie
– compétences faibles + défi élevé = frustration
– compétences importantes + peu de défi = ennui
– compétences importantes + défi élevé = flow

C’est cet état de flow qui te permet d’aimer le chemin avec ses hauts et ses bas, car il y en aura.

Ex. : si tu veux être un auteur à succès qui signe des dédicaces et est traduit en 25 langues, tu dois vouloir encore plus fort, écrire plusieurs heures / jour pendant des semaines, sans personne pour te féliciter pour ça.

Pourquoi ? Car ça te permettra de traverser les échecs.

Alors, où en es-tu ?